top

save

Une image contenant ordinateur  Description générée automatiquement Prenez un nouveau départ : pardonnez !
Cette période de l'année est un moment de réflexion. Nous regardons derrière nous, nos triomphes et nos victoires, mais aussi nos échecs et nos peines. Comme il n’est pas question d’emmener les blessures de l'an passé dans la nouvelle année, c'est le moment de pardonner.
Examinons trois aspects du pardon :
1. Pardonner à Dieu. Beaucoup de gens sont offensés par Dieu et leur cœur est rempli d’amertume à Son égard. On leur a enseigné à tort qu'Il contrôle tout, en ce sens qu'Il est pleinement responsable de la maladie, de la mort, des tragédies et de la souffrance humaine ; et ils considèrent qu'Il est à l’origine de leurs malheurs et de leurs problèmes.
Ils savent qui est Dieu, mais ils ne Le connaissent pas intimement. La solution est de passer plus de temps avec Lui et dans Sa Parole, afin de construire une relation étroite avec Lui. Lorsque vous prendrez conscience de Son immense amour pour vous et de Sa bonté, vous ne croirez plus qu’Il est l'auteur de la douleur et de la souffrance.
2. Se pardonner à soi-même.  Nos actes passés peuvent parfois nous peser très lourdement, avec des sentiments de culpabilité et des remords. Il est malheureusement impossible de remonter le temps pour défaire nos erreurs passées, même si beaucoup d'entre nous aimeraient pouvoir le faire.
Pour réussir à se pardonner et être libéré de la culpabilité et de la condamnation, il est crucial de comprendre que Dieu pardonne aux pécheurs qui se repentent sincèrement et se tournent vers Lui avec un fort désir de vivre autrement. Quand vous aurez fait cela, vous pourrez tourner la page.Se pardonner à soi-même est tout aussi important que de pardonner aux autres.
3. Pardonner aux autres. Dans Matthieu 18, l'apôtre Pierre demande à Jésus : « Seigneur, combien de fois mon frère péchera-t-il contre moi, et je lui pardonnerai ? Jusqu'à sept fois ? » Jésus lui répond : « Je ne te dis pas jusqu'à sept fois, mais jusqu'à soixante-dix fois sept fois. »
Pierre pensait qu’il était très généreux en offrant de pardonner à son frère 7 fois en une journée, mais Jésus lui dit qu'il devrait lui pardonner 490 fois ! Ce qui signifie qu'il ne devrait y avoir aucune limite à notre pardon.
Jésus poursuit en racontant l'histoire d'un roi, ému de compassion, qui pardonne l'énorme dette d'un de ses serviteurs. Plus tard, cependant, ce même serviteur traite durement un de ses compagnons qui lui doit une somme bien moindre et l'envoie même en prison ! En entendant cela, le roi le rappelle et lui dit : ‘Méchant serviteur ! ... Ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon comme j'ai eu pitié de toi ?’ Et il l'envoie en prison.... « Voilà comment mon Père céleste vous traitera, vous aussi, si vous ne pardonnez pas du fond du cœur à votre frère. »
L'idée maîtresse de cette parabole est que, lorsque les gens nous font du tort, nous devons nous souvenir de la grande miséricorde de Dieu envers nous et agir en conséquence. Nos péchés ont envoyé un homme parfait et sans péché à la croix. Il a enduré la honte, la torture et finalement la mort, pour que nos péchés soient pardonnés. Pour pardonner à quelqu'un d'autre, il faut d'abord comprendre ce qu'il en a coûté à Dieu de nous pardonner.
Lorsque nous accueillons Jésus dans notre vie comme notre Sauveur, Dieu ne nous impute pas nos péchés. Nous n'avons donc pas le droit de nous accrocher à la rancœur, et le Seigneur nous avertit que si nous refusons de pardonner aux autres, notre Père ne nous pardonnera pas.
En ce début d’année, efforçons-nous de prendre un nouveau départ avec un cœur plein de pardon. Non seulement cela nous permettra d'être plus proches de Dieu et en paix avec Lui, mais cela nous apportera aussi la guérison, l'amour et la paix, à nous et au monde dans lequel nous vivons.


save

Une image contenant texte  Description générée automatiquementLE BÉBÉ EST VENU POUR ETRE NOTRE SEIGNEUR Quelle place occupe-t-Il dans votre vie ? 
Luc 2 : 10-11 : Un Sauveur vous est né aujourd’hui dans la ville de David ; c’est Lui le Messie, le Seigneur.
Quelque temps après la naissance de Jésus, des rois mages arrivèrent d'Orient pour L'adorer, un événement qui inquiéta profondément le roi Hérode. Le fait que des dignitaires orientaux viennent dans cette région pour adorer un autre roi constituait une menace pour un souverain aussi peu sûr de lui. Si Jésus était le Messie, comme le confirmèrent les sages, les pharisiens et les prêtres, alors la position d'Hérode était en danger. Il en était tellement convaincu qu'il fit tuer tous les enfants de 2 ans et moins.
Si ce bébé est vraiment venu en tant que Seigneur et Roi, alors chacun de nous devrait arriver à la même conclusion qu’Hérode : ma position en tant que maître de ma vie et de mon destin est en danger. Beaucoup de gens disent : "J’accepte Jésus comme mon Sauveur, mon guérisseur, mon protecteur et mon berger," mais leur engagement s’arrête là et leur attitude est la suivante :  "Mais quoi que Tu fasses, Jésus, ne Te mets pas en travers de mes plans, et ne chamboule pas ma vie. »
Chacun de nous se réjouit du rôle de Jésus comme Sauveur de notre âme. Nous apprécions le pardon des péchés et nos nombreuses bénédictions, mais nous devons accorder plus d'attention à la dernière partie du verset qui nous dit que le divin enfant est venu non seulement pour être notre Sauveur, mais qu'Il est aussi venu pour être notre Seigneur.
S’Il est notre Seigneur, nous cessons de ne penser qu’à nos bénédictions : "Oh Dieu, bénis-moi, bénis-moi..." Nous cessons d'être des consommateurs, nous cessons d'être égocentriques. Nous nous concentrons plutôt sur la façon d’être une bénédiction. Beaucoup de gens sont des croyants sans pour autant être des disciples. Ce n’est qu’en devenant des disciples que nous pourrons transmettre Son message de vie. 
Si votre vision des bénédictions s'arrête à vous, vous êtes un chrétien immature et égocentrique.  Dieu nous appelle à être des disciples et pas à vivre pour nous-mêmes. Oui, nous recevons les bénédictions, mais cette vie chrétienne ne consiste pas seulement à se gaver de ce que Jésus a fait pour nous. Qu'en est-il des personnes qui n'ont pas encore entendu Son message ? Il veut vous utiliser pour le transmettre.
Les plus beaux cadeaux qu’on puisse offrir à Jésus c’est de montrer Son amour aux autres et de les faire entrer dans Sa famille, et de vaincre le mal par le bien.
A méditer : Quelqu'un peut-il connaître Jésus en vous côtoyant? Est-Il le Seigneur de votre vie ou juste votre Sauveur?